Flash Infos

Format d’image uniformisé : une révolution est en marche

Par Tim S. Norton, Directeur des marchés mondiaux, Ports & Frontières, Stratégie & Marketing d’entreprise, Smiths Detection and Asha Menon, Sous-Direction Procédures et Facilitation, OMD

Les administrations douanières du monde entier ont recours aux systèmes d’inspection non intrusive (INI) pour améliorer leur capacité de contrôle et accélérer le processus de dédouanement. Ces systèmes reposent sur des technologies de diverses capacités permettant d’identifier des produits et des matières spécifiques durant une inspection. Les scanners de fret à haute énergie en font partie : ces machines d’imagerie à rayons X ou à rayons gamma permettent d’examiner différents types de moyens de transport (voitures, camions, wagons de chemin de fer, conteneurs maritimes, etc.), ainsi que les bagages personnels, les paquets, colis et autres envois postaux.

Plusieurs fournisseurs se disputent aujourd’hui le marché des scanners. Ils proposent des équipements spécifiques, chaque machine produisant des données propriétaires et nécessitant le recours à une station de travail propre ou à un logiciel dédié, ainsi qu’une formation spécifique pour pouvoir utiliser ces derniers. Les administrations douanières disposent ainsi généralement, au sein de leur parc technologique, de toute une gamme de machines produisant chacune des données propres pouvant difficilement être partagées.

Afin d’assurer l’interopérabilité entre les divers systèmes dont elles disposent et de permettre une centralisation de la gestion des opérations de scannage, certaines administrations douanières ont demandé aux fournisseurs que les images et les données produites par leur matériel se présentent sous un seul et unique format. De leur côté, l’OMD et les fournisseurs de matériel d’inspection non intrusive (AS&E, L3, Leidos, Nuctech, Rapiscan et Smiths Detection) se sont également saisis de la problématique et ont lancé une initiative visant à créer un format standard international pour les images obtenues par scanographie et leurs métadonnées.

Format de fichier uniformisé

Le développement d’un tel standard faisait déjà l’objet de discussions à l’OMD depuis quelque temps quand un groupe informel, réunissant représentants des douanes et du secteur privé, a été chargé d’élaborer un plan sur la marche à suivre. Ce groupe informel est devenu le Groupe d’experts technique sur l’inspection non intrusive (GET-INI) qui s’est réuni pour la première fois en septembre 2016, avec pour mission de développer un format de fichier uniformisé (ou UFF – Unified File Format).

Le Groupe a bénéficié de la présence en son sein de M. Joris Groeneveld, en tant que co-président. Ce dernier avait en effet dirigé la mise en œuvre d’un format de fichier uniformisé au sein de son administration, la Douane néerlandaise, administration pionnière en matière de scanographie. Les représentants de l’industrie ont également joué, de toute évidence, un rôle crucial dans le développement de ce format unique, consacrant des ressources et un temps considérables à la réussite du projet.

Le processus de développement se divise en trois phases, dotées chacune d’un objectif spécifique :

  • phase 1 : tests visant à déterminer si le format de fichier utilisé par la Douane néerlandaise pouvait être lu par les interfaces utilisateurs d’autres fabricants de matériel d’inspection non intrusive ;
  • phase 2 : création d’une version normalisée et évoluée du format de fichier utilisé pendant la phase 1 (le but étant de développer un UFF qui deviendra le format standard pour les échanges électroniques de données dans le secteur de l’inspection non intrusive), et tests visant à vérifier la capacité de toutes les grandes entreprises du secteur à traiter le nouveau format de manière uniforme et adéquate ;
  • phase 3 : création d’une version actualisée de l’UFF en vue d’une utilisation par tous les fournisseurs de technologies ; cette version, qui continuera d’évoluer, sera considérée comme le format normalisé accepté par l’industrie.

Le projet se trouve actuellement en phase 2 et les fournisseurs de systèmes d’INI procèdent en ce moment au développement de l’architecture de l’UFF et d’une plateforme de test.

Résultat attendu

Les pays qui souhaitent centraliser la gestion d’opérations de scannage réalisées via le biais de différents systèmes d’inspection et établir un centre de contrôle à distance seront à même de le faire plus facilement. Le travail d’harmonisation en cours permettra aussi un échange d’images entre postes-frontières et entre pays. Enfin et surtout, une telle standardisation permettra à tout service douanier de se construire une vaste base de données d’images scannées recueillies non seulement auprès de ses propres services d’inspection, mais aussi auprès de services étrangers. Ces données ainsi collectées pourront être utilisées par tous, pour former le personnel ou pour programmer des machines à la reconnaissance automatique d’objets.

Rejoignez-nous !

Le GET-INI ne s’intéresse pas seulement à l’UFF mais aborde aussi d’autres sujets, par exemple le matériel d’inspection non intrusive et ses aspects connexes tels que les processus d’appel d’offres, les accords relatifs à la maintenance et au service post-déploiement, ou encore les programmes de formation.

L’OMD s’appuiera sur les avis et idées émis par ses Membres pendant les réunions du Groupe pour améliorer ses « Directives relatives à l’acquisition et au déploiement de matériel de scanographie/d’imagerie ». Les discussions donneront lieu, éventuellement, au développement de nouveaux outils et instruments visant à guider les Membres dans l’utilisation de leur matériel d’inspection non intrusive.

Pour les représentants des douanes, le GET-INI est une occasion unique de discuter de manière franche et ouverte avec des experts de l’industrie. Sa dernière réunion, qui s’est tenue en mai 2017, comptait déjà un grand nombre de participants. L’OMD souhaiterait cependant encourager les administrations n’étant pas représentées aux réunions du GET-INI à y remédier et à proposer des points à inscrire à l’ordre du jour. Avec les représentants de l’industrie, elle invite donc tous ses Membres à participer aux futures réunions du Groupe, à apporter leur concours à l’évolution de la nouvelle norme mondiale qu’est amené à devenir l’UFF, et à appuyer pleinement cette initiative.

 

En savoir +
facilitation@wcoomd.org