Dossier

Analyse des données et gestion des risques : la perspective de la Douane de Singapour

Par la Douane de Singapour

En tant que partenaire du secteur privé et gardien du commerce, la Douane de Singapour ne ménage pas ses efforts pour trouver le meilleur équilibre possible entre le maintien de contrôles suffisants pour endiguer le commerce illicite et la garantie d’un passage sans encombre pour les échanges licites. Cette mission exige de la Douane singapourienne qu’elle soit versée dans l’analyse des données, outil essentiel pour renforcer la lutte contre la fraude et promouvoir la conformité des acteurs du commerce international. En permettant un profilage et un ciblage précis, l’analyse des données permet d’améliorer les contrôles et d’envoyer un message clair aux contrebandiers potentiels : malgré l’énorme quantité de marchandises traversant les frontières du pays, la Douane singapourienne reste tout à fait capable de détecter les transactions illégitimes ou frauduleuses.

Le recueil des données

Le recueil des données est la première étape du processus d’analyse des données. La Douane de Singapour reçoit des données de sources multiples et diverses. Citons notamment les données tirées des informations figurant sur les déclarations en douane, ou encore celles provenant d’autres services gouvernementaux nationaux, celles tirées des bases de données existant sur le marché ou encore des plateformes d’informations de source ouverte. Ajoutons encore les sources de renseignement à l’échelon local mais aussi international, tels que les communications du Bureau régional de liaison chargé du renseignement (BRLR) de l’OMD.

Les données recueillies, qui peuvent se présenter sous forme structurée ou non, ne vont pas forcément alimenter le même moteur de risque. Certaines des données recueillies sont, par exemple, effectivement utilisées afin d’étayer une analyse donnée. Il est très important de vérifier la fiabilité et la validité des données rassemblées, ce que fait la Douane de Singapour de diverses manières, notamment en mettant en correspondance les données avec les documents commerciaux pertinents reçus.

En parallèle à l’analyse des données historiques, la Douane singapourienne étudie dans le détail son ‘environnement’ de travail afin de déceler les nouvelles tendances et évolutions et d’évaluer leur impact pour pouvoir répondre aux menaces et aux opportunités qu’elles génèrent.

Outils et méthodologies

Compte tenu des progrès en matière d’analytique des données, dont l’objet est d’extraire du sens à partir des données brutes en utilisant des systèmes informatiques spécialisés, la Douane de Singapour s’est efforcée d’approfondir ses capacités en la matière en passant progressivement d’une analyse descriptive à une analyse prédictive.

L’analytique descriptive utilise l’agrégation et l’exploration de données pour donner une image du passé et répondre à la question de savoir ce qui s’est passé. L’analytique prédictive, par contre, a recours aux modèles statistiques et aux techniques de prévision afin de comprendre l’avenir et de répondre à la question de savoir ce qui pourrait se passer.

En ayant recours à des outils qui vont extraire et explorer les quantités volumineuses de données emmagasinées dans l’entrepôt de données, les douaniers recoupent les informations obtenues à partir de sources différentes et les mettent en corrélation. Ils sont ainsi capables de détecter les éventuelles divergences et de dégager les tendances et patrons spécifiques à l’environnement commercial.

La Douane de Singapour a également déployé un outil de veille aux fins de la détection d’anomalies afin de mettre la main sur les envois dont les caractéristiques sortent de la norme. L’outil, qui réagit en temps réel, attribue un niveau de risque aux déclarations en douane sur la base de critères prédéfinis et de jeux de données historiques. Outre la détection des envois sortant de la norme, la Douane de Singapour analyse également les similitudes apparaissant sur les déclarations en douane. En effet, des similarités élevées entre déclarations en douane pourraient indiquer l’existence d’un nombre important de déclarations incorrectes.

L’analytique des données étant un domaine qui ne cesse de progresser, les douaniers doivent rester au fait des dernières évolutions et mettre leurs connaissances constamment à niveau. Pour ce faire, la Douane de Singapour reste notamment activement en contact avec d’autres services gouvernementaux et douanes étrangères afin de tirer parti de leurs expériences et bonnes pratiques dans l’application des outils analytiques.

Pour mieux anticiper l’avenir, la Douane de Singapour se penche actuellement sur l’apprentissage automatique. Il s’agit d’une méthode d’analyse des données qui ‘automatise’ l’élaboration de modèles analytiques et permet aux ordinateurs de trouver des informations « cachées », sans qu’ils n’aient été expressément programmés pour le faire, et ce afin de développer davantage les capacités d’analyse prédictive aux fins du ciblage.

Le ciblage fondé sur le risque

En analysant les données telles que celles relatives aux tendances historiques en matière d’envoi et de modes opératoires, les douaniers singapouriens sont capables de trianguler les irrégularités qui pourraient indiquer, par exemple, un manque de conformité, et d’utiliser les résultats pour sélectionner les colis suspects afin de les soumettre à un contrôle. Le résultat de ce type de contrôles enrichit également les instruments et outils de profilage de risques de la Douane de Singapour.

Prenons l’exemple d’une affaire liée à la détection de cigarettes pour lesquelles les droits n’avaient pas été acquittés : grâce à l’analyse des données, les douaniers singapouriens ont remarqué que le poids des marchandises reprises dans la déclaration en douane était en-dessous de celui indiqué dans les documents précédents. En outre, il est apparu que les détails de l’envoi n’étaient pas cohérents avec les activités commerciales passées de l’importateur. Ces irrégularités ont été évaluées et comparées au profil de risques lié à des affaires précédentes impliquant le même mode opératoire, donnant ainsi aux douaniers suffisamment d’éléments pour justifier le contrôle de l’envoi en cause.

Renforcer les compétences du personnel

Une équipe spécialisée s’occupe de l’évaluation de la menace concernant les envois et élabore ensuite des rapports sur les évolutions et les tendances. Cette équipe est composée de douaniers diplômés dans des disciplines différentes comme le génie civil, l’économie ou encore les sciences sociales.

Tous les douaniers singapouriens apprennent à appliquer les méthodes d’évaluation des risques dans les différents domaines du travail de la Douane. Les fonctionnaires des douanes sont également soumis à des mutations tous les 3 à 5 ans, ce qui leur permet, avec le temps, d’approfondir leurs connaissances et leur expérience et de renforcer globalement leurs capacités en matière d’évaluation des risques. Ces connaissances ‘implicites’ acquises ‘sur le tas’ par les douaniers singapouriens sont essentielles pour la prise de décision. Ainsi, les deux facteurs fondamentaux qui contribuent au succès de l’analyse des données sont les connaissances implicites des douaniers singapouriens et les éléments  ‘tangibles’ des outils d’analyse des données.

Les douaniers de Singapour qui s’attèlent spécifiquement à la tâche de l’analyse des données suivent une formation approfondie afin d’être en mesure de comprendre les règles et les théories qui sous-tendent les données. Ils reçoivent également une formation pratique concernant les aspects de la lutte contre la fraude et du contrôle de la conformité dans le travail de la Douane. Des sessions de formation communes sont régulièrement organisées avec les douanes et d’autres services gouvernementaux nationaux afin de renforcer leurs compétences. Par exemple, la Douane de Singapour a accueilli une session de formation conjointe avec la CBP, la douane des États-Unis, le 16 novembre 2016, qui a permis de procéder à un échange de vues et d’expériences en matière d’analyse des données et de ciblage. Outre l’effet positif qu’elle a eu sur les deux administrations, cette collaboration s’inscrit dans la lignée des normes internationales de l’OMD qui font la promotion de la coopération douane-douane.

À travers des cours, des réunions formelles et des visites de terrain, ainsi que des visites dans les locaux des entreprises représentant les secteurs industriels les plus pertinents, les douaniers singapouriens ont réussi à mieux cerner les évolutions de l’environnement commercial, notamment les tendances dans les différents secteurs industriels ou encore les comportements des consommateurs, soit un ensemble d’éléments qui ont ajouté de la valeur à leurs connaissances de base. Par exemple, pour mieux comprendre les pratiques des entreprises de courrier aérien, des douaniers se sont rendus dans les locaux des sociétés présentes à Singapour afin d’en apprendre davantage sur leur mode de fonctionnement et les processus suivis. Ces visites leur ont permis de mieux comprendre la façon dont les opérateurs commerciaux fonctionnent et de renforcer leurs capacités d’analyse des données. Ils sont en effet à présent capables de prendre en compte dans leurs modèles les normes relatives au comportement opérationnel afin de détecter toute anomalie potentielle.

Consciente de l’importance stratégique de l’analyse des données, la Douane de Singapour continue d’affiner ses sources de données et d’explorer d’autres méthodologies de collecte de données afin de garantir que les informations pertinentes et à valeur ajoutée soient recueillies et emmagasinées de façon sécurisée dans son entrepôt de données. Par ailleurs, elle suit activement les dernières évolutions dans le domaine de l’analytique des données et autres technologies disponibles. Pour ce faire, elle entreprend des visites d’étude auprès des services nationaux qui ont adopté l’analytique dans leurs opérations et dialogue avec les fournisseurs de ce type de technologies. Ce faisant, elle est mieux à même de comprendre les progrès technologiques et les produits et outils qui sont disponibles sur le marché.

 

En savoir +
customs_international@customs.gov.sg