Dossier

Les commissionnaires en douane face à la crise

Par Hélène Kerjean, AKANEA

Début 2020, la pandémie de COVID-19 se propageait sur l’ensemble des pays du globe. Professionnels de santé, transporteurs routiers, logisticiens, commissionnaires de transport à l’international, coopératives agroalimentaires… partout dans les médias nous avons pu lire les problématiques rencontrées par ces acteurs lors de la crise, mais qu’en fut-il pour les commissionnaires en douane ? AKANEA, éditeur d’une solution logicielle en mode SaaS (Software as a Service) pour les déclarations douanières a mené l’enquête en France.

Un secteur touché par une baisse d’activité

Bien qu’il soit difficile d’évaluer l’impact de la pandémie sur l’ensemble des entreprises commissionnaires en douane basées en France, il semble que la majorité d’entre elles aient subi une baisse d’activité.

En tant qu’éditeur permettant aux entreprises de s’abonner à des logiciels pour gérer les déclarations en douane, AKANEA possède une vue très claire des impacts de la crise sur le secteur des déclarations douanières. Ainsi, en France, la société constatait une baisse de 42% de volume en moins sur la semaine 13 par rapport à la même période en 2019.

Pour certains, la baisse de l’activité était liée à un flux particulier. Francis Tournebize de la société de courtage en douane Tournebize affirmait fin mars 2020 que la baisse d’activité commençait à se faire sentir et ne provenait que de la Chine. « La partie Maghreb restait très active à ce jour, » ajoutait-il. Début avril 2020, Cyril Mc Ginley, responsable douane chez EPSP, une société de transport et de logistique, constatait lui aussi une baisse d’activité. Il affirmait : « l’impact du coronavirus se fait surtout ressentir sur le nombre de commandes et d’opérations douanières. »

Une réorganisation du travail nécessaire pour le maintien de l’activité

Comme dans beaucoup d’entreprises, la mise en place du télétravail s’est imposée pour permettre la continuité des activités. Les outils SaaS étant accessibles depuis n’importe quel endroit ont facilité ce changement. Certains employés ont dû cependant se déplacer. Francis Tournebize expliquait : « notre société a généralisé le télétravail pour tous à l’exception de trois salariés, dont moi-même, qui allons toujours sur site, essentiellement pour nous occuper des documents originaux indispensables aux déclarations douanières. Le télétravail s’est mis en place naturellement car les outils informatiques que nous utilisons sont en SaaS ».

Si la mise en télétravail de nombreux salariés a permis de maintenir l’activité des entreprises, de nombreuses autres mesures ont été prises pour s’adapter au mieux à cette situation exceptionnelle.

En France, les pouvoirs publics ont décidé la fermeture temporaire de l’ensemble des structures d’accueil de jeunes enfants et des établissements scolaires. Les parents devant garder leurs enfants ont pu se tourner vers l’assurance maladie et se mettre en arrêt de travail. Dans la société de Cyril Mc Ginley, 40 % de l’effectif ont bénéficié de cette mesure.  « Face à cette situation, et comme une partie de l’effectif était en arrêt de travail, nous n’avons pas mis en place de chômage partiel. EPSP était toujours en activité via un Plan de Continuité de l’Activité. »

Chez AKANEA

Chez AKANEA, nous avons depuis plusieurs années fait le choix d’investir dans les technologies et de souscrire à des solutions SaaS pour l’ensemble des outils utilisés par les équipes. Cela nous a permis d’étendre la possibilité de faire du télétravail à l’ensemble de nos collaborateurs.

Cependant, le télétravail a exigé de la part de certains services de repenser leurs méthodes de travail. Les changements se sont surtout fait ressentir sur les équipes généralement itinérantes. Voici quelques-unes des actions mises en œuvre :

  • les équipes commerciales ont proposé des sessions de démonstration produit à distance, sous forme de webinars.
  • les équipes de consultants/formateurs ont décidé de mettre à profit la baisse d’activité que certains clients pouvaient rencontrer en proposant des sessions de formations à distance.

Pour d’autres services, comme le support client, l’impact était faible : l’accès aux outils est resté le même qu’il soit sur site ou à distance et l’équipe support a pu intervenir comme à son habitude sur les demandes ouvertes par les clients.

Maintenir la cohésion d’équipe

Pour les directeurs d’entreprise et autres personnels d’encadrement, la difficulté était plutôt d’ordre interne pour assurer le maintien de la cohésion d’équipe et l’entraide.  Sabine Gayton, Responsable du support client chez AKANEA, explique : « nous utilisons tous un espace de travail collaboratif qui nous permet de passer des communications téléphoniques, de partager des écrans, de travailler en binôme et de discuter de manière instantanée. Nous avons mis à profit cet outil pour prendre des nouvelles de chacun, faciliter le télétravail et trouver des solutions à de nouvelles contraintes techniques ou d’organisation ».

Comme l’a fait remarquer Francis Tournebize, si le télétravail demeure une solution qui a fait ses preuves et qui permet aux entreprises d’assurer la continuité de leurs activités, « […] cela ne remplace pas l’émulation du groupe et sa dynamique, qui permet à chacun de progresser et de s’améliorer. »

Un optimisme persistant malgré une baisse d’activité

De manière générale, ce qu’il ressort de cette crise sanitaire et des impacts qu’elle a générés, c’est l’optimisme persistant de beaucoup de nos clients. Selon Francis Tournebize, « il faut rester optimiste : cette épreuve nous aura permis de mieux appréhender les difficultés et d’identifier des axes de progression, indispensables à chacun ».

Cyril Mc Ginley fait lui aussi preuve d’optimisme concernant cette crise et met en avant le fait que son entreprise a pu continuer ses activités grâce à une stratégie initiée il y a quelques années : « il y a 5 ans, nous avons choisi de nous diversifier, de développer de nouveaux axes et de nouveaux produits afin de fidéliser les clients dans un premier temps et d’en toucher de nouveaux par la suite. Cette stratégie payante nous a certainement aidés à traverser cette période complexe. »

En savoir +
presse.supplychain@akanea.com
www.akanea.com