Panorama

Un nouvel espace pour la formation des douaniers au Maroc

Par Khadija Arfaoui, chef de division, Institut de formation douanière, Administration des Douanes et Impôts Indirects, Maroc

Consciente que le renforcement du capital humain constitue l’un des facteurs déterminants de la performance, la Douane marocaine en a fait l’un des cinq objectifs de son plan stratégique 2017-2021. Dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan, un Institut de Formation Douanière (IFD) a vu le jour en septembre 2019. Dans cet article, l’Administration explique comment elle entend remplir ses ambitions en matière de renforcement des capacités douanières grâce aux nouvelles infrastructures et méthodes de formation qu’offre l’Institut.

Un Institut de Formation Douanière (IFD) a vu le jour en septembre 2019 à Benslimane, une petite ville située à égale distance entre Casablanca et Rabat. L’Institut se substitue au Centre de Formation Douanière (CFD) créé dès 1975 afin de permettre aux nouvelles recrues d’intégrer aisément leur nouvel environnement de travail et aux agents déjà en poste d’acquérir des compétences et de s’adapter à leurs nouvelles missions. Le Centre formait également depuis 1999 des douaniers francophones d’Afrique et d’Haïti dans le cadre de la coopération Sud-Sud mise en œuvre par l’Administration.

Formation initiale et continue

Avant d’expliquer plus en détails les raisons derrière la création d’une nouvelle structure dédiée à la formation, une présentation de la politique dans ce domaine s’impose. Au Maroc, la formation s’adresse aux nouvelles recrues ayant réussi le concours d’entrée des douanes, ainsi qu’au personnel en activité.

Le parcours initial des nouvelles recrues s’articule autour de trois phases :

  • une formation militaire qui leur permet d’acquérir des fondamentaux théorique, technique et pratique et de développer notamment le sens de l’honneur, du devoir et de la discipline.
  • une formation douanière qui diffère selon que les nouvelles recrues ont réussi le concours d’inspecteurs des douanes ou celui de gardiens des douanes.
  • une intégration progressive au poste de travail qui se déroule durant les derniers mois de formation et qui correspond à une formation en alternance.

Une fois en poste, les douaniers marocains peuvent continuer à  se former. Le programme est établi à partir d’une analyse des besoins en rapport avec les priorités opérationnelles du moment et celles à venir. Cette analyse est réalisée annuellement par l’IFD et les cellules régionales de formation en prenant  comme base les résultats annuels établis par les équipes chargées du dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, avec le support des divers responsables opérationnels.

Sont également proposées des formations aux métiers dits d’appui au sein de l’Administration, tels que la gestion des ressources humaines ou la gestion budgétaire. S’ajoute à cela une formation spécifique intitulée « préparation de la relève » qui s’adresse à un vivier de douaniers sélectionnés pour leur potentiel à exercer des postes à responsabilités.

Enfin, une formation sur l’encadrement vise à instaurer une vraie culture managériale au sein de l’administration. Cette formation est actuellement ouverte aux responsables opérationnels de premier niveau, mais la Douane marocaine ambitionne de la généraliser à moyen terme à toute son équipe dirigeante.

Un catalogue détaillé apporte toutes les précisions concernant les formations disponibles en termes de population cible, d’objectifs, de contenu et de progression pédagogique. Il peut s’agir d’activités de courte durée (une ou deux journées) ou de cycles plus longs (une ou deux semaines).

© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc
© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc

Évaluation

Les formations dispensées font, systématiquement, l’objet d’évaluations à chaud pour, d’une part, en apprécier l’utilité en termes d’amélioration des performances au travail et, d’autre part, identifier les lacunes et y apporter les ajustements nécessaires.

L’évaluation est faite sur base de formulaires en ligne conçus sur mesure pour chaque formation selon son cahier des charges. Les réponses et commentaires sont analysés par l’ensemble des acteurs et intervenants concernés (formateurs, apprenants de l’IFD).

Formateurs

La Douane marocaine compte plus d’une centaine de formateurs accrédités en interne, dont une vingtaine exerce en permanence à l’IFD, qui se perfectionnent et mettent à jour leurs connaissances de façon continue en participant à des ateliers, à des programmes de formation de formateurs et à des stages d’insertion périodiques au sein des structures opérationnelles de l’Administration. Cette dernière fait appel également à des professionnels travaillant pour diverses institutions publiques et privées.

Coopération internationale

Depuis 1999, des cycles de formation initiale sont organisés chaque année pour des douaniers étrangers avec le concours de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI). Y ont déjà pris part 1 011 cadres étrangers originaires de 22 pays africains et d’Haïti. Dispensée en langue française, cette formation connaît une demande de participation croissante et la Douane marocaine projette d’augmenter le nombre de bénéficiaires pour passer de 60 places pour le cycle 2021-2022 à une centaine à moyen terme.

© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc
© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc

Le Centre devient Institut

Si l’Institut de Formation Douanière (IFD) s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur, le CFD, sa création marque un véritable tournant, tant en matière d’infrastructure que de méthodes de travail. Le changement de nom s’imposait pour traduire l’ambition de la Douane marocaine en matière de renforcement des compétences et savoir-faire et communiquer son engagement vers l’excellence en matière de formation.

Le modèle de formation est basé sur une combinaison encore plus équilibrée entre théorie et pratique. Cette dernière fait la part belle aux simulations et jeux de rôles, stages pratiques et études de cas, auxquels s’ajoutent les visites de terrain et les stages pratiques au sein des structures opérationnelles. Une série de vidéos courtes de 30 secondes à 5 minutes, baptisée en arabe « fil maydane » (sur le terrain), a également été développée. Présentées lors d’ateliers, les vidéos permettent aux apprenants de mieux se projeter dans leur futur environnement de travail.

La nouvelle infrastructure de l’Institut devait permettre cette pluralité des modalités pédagogiques et ne plus contraindre l’action de formation à une pratique classique. Les espaces pédagogiques et de vie de l’IFD ont ainsi été conçus pour permettre :

  • d’apprendre par l’expérience : plusieurs espaces recréant des théâtres d’intervention ont été construits afin d’offrir aux apprenants la possibilité de s’exercer au plus proche du réel.
  • de faciliter l’alternance de modalités pédagogiques différentes et complémentaires (cours, exposés, résolutions de problèmes).
  • de favoriser la rencontre et l’échange et d’encourager la sociabilité.
  • de consulter facilement des ouvrages de référence – 3000 sont accessibles en se rendant à la bibliothèque de l’IFD et des centaines d’autres peuvent être empruntés via le portail Intranet de l’Administration.
  • de respecter les rythmes d’apprentissage des apprenants qui peuvent alterner entre les temps de formation et les temps de détente tout en restant dans les locaux de l’IFD. Outre les résidences étudiantes, ces derniers comprennent des espaces de vie commune, notamment un restaurant et une cafétéria, une salle de sport et un terrain omnisport.
  • d’accéder sur tout le campus au réseau « wifi » et de pouvoir travailler dès lors de n’importe où, seul ou en groupe.

Formation au secteur privé

Si la Douane marocaine organisait déjà des formations au profit de certains de ses partenaires institutionnels et privés, elle a prévu, avec le nouvel Institut, d’étoffer son offre pour répondre aux besoins d’un public plus large. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la déclinaison de la nouvelle stratégie de l’Administration à l’horizon 2023 qui vise, entre autres, à consolider le partenariat Douane/secteur privé et à renforcer la confiance entre les deux parties. Le programme de formations est actuellement développé avec les nouveaux partenaires concernés.

Des formations en anglais

La Douane marocaine a également prévu de dispenser des formations en anglais pour répondre à la demande croissante de ses partenaires anglophones. Ainsi, parmi les cycles d’une à deux semaines qui verront bientôt le jour, les suivants seront organisés en langues française et anglaise :

  • gestion des Ressources Humaines ;
  • ciblage, valeur en douane et procédures de dédouanement ;
  • analyse du risque et sélectivité ;
  • démarche de l’audit douanier.

Les formateurs et animateurs de ces cycles sont des douaniers experts dans leur domaine, choisis pour leur maîtrise de la langue anglaise.

© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc
© Administration des Douanes et Impôts Indirects du Maroc

Technologies et COVID-19

Les nouvelles technologies ont également été mises à profit, tant pour permettre une gestion informatisée de l’Institut que pour diversifier les modalités de mise en œuvre des formations.

L’IFD utilise, dans sa gestion quotidienne et dans ses interactions avec les apprenants, un système permettant la gestion de la formation de bout en bout, depuis l’inscription des élèves à la délivrance des attestations et diplômes, en passant par la gestion des programmes et des cycles de formation ainsi que la prise en charge des aspects logistiques se rapportant à l’hébergement et à la restauration.

Chaque élève dispose d’un compte personnel qui comptabilise, par année, le nombre de jours passés en formation. Actuellement, afin d’assurer une équité en matière d’accès à la formation, chaque douanier a droit à 5 jours de formation continue par an.

Une plateforme de formation e-learning baptisée « Takouine » donne accès à une cinquantaine de modules de formation en ligne qui viennent parfois compléter un cours donné en présentiel. La plateforme met aussi à la disposition des apprenants différents supports pédagogiques, y compris des exercices et des études de cas pratiques. Un accompagnement de la formation à distance est assuré par des tuteurs afin de soutenir les efforts d’apprentissage et d’entretenir la motivation des apprenants.

Pour rapprocher au plus près la formation des procédures opérationnelles, qui sont dématérialisées, un outil de simulation à l’identique de la Base Automatisée des Douanes en Réseau (BADR), le système informatique marocain pour les opérations de dédouanement, a été mis en place.  Réplique parfaite de BADR et de ses applicatifs, il permet aux formateurs d’utiliser l’architecture réelle des données et de créer des données fictives lors des exercices pratiques.

Avant la crise sanitaire générée par la COVID-19, l’e-learning et les cours en ligne étaient fort utilisés mais en complément des cours en présentiel. Ils ont désormais pris le relais pour assurer la continuité de la formation. Il a fallu développer rapidement une vingtaine de cours à distance au profit de profils variés, ainsi que des tests et quiz permettant une évaluation continue de la progression des élèves. Les services techniques ont dû redimensionner la plateforme pour qu’elle supporte un nombre important d’utilisateurs simultanés. Le défi a été relevé, puisque 2 130 participants ont bénéficié de formations en ligne en 2020, contre 1 424 en 2019, soit une progression de près de 50 %.

En savoir +
k.arfaoui@douane.gov.ma