Flash Infos

De nouveaux outils de promotion de l’égalité de genre et de la diversité

Par Johanna Törnström, assistante de gestion de projet, Direction du Renforcement des capacités de l’OMD

Promouvoir l’égalité hommes-femmes et la diversité en douane fait partie des priorités de l’OMD en matière de renforcement des capacités depuis 2013. Est présenté ci-dessous un certain nombre de nouveaux outils et d’initiatives prises au cours de l’année dernière en la matière.

Outil d’évaluation de l’égalité de genre dans les organisations (GEOAT)

Le GEOAT, qui permet aux administrations douanières d’autoévaluer leurs politiques et procédures existantes en matière d’égalité des sexes afin de déterminer quels sont les domaines où des améliorations s’avèrent nécessaires, a été affiné et aligné sur les pratiques internationales, avec le soutien du Groupe de travail virtuel sur la diversité et l’égalité de genre.

Ont été ajoutés notamment la définition des concepts d’égalité hommes-femmes et de diversité, un chapitre sur l’intégration de la dimension du genre à travers la gestion de projet, et une liste d’indicateurs visant à contribuer à la mise en œuvre de l’égalité hommes-femmes dans tous les domaines d’activité de la douane. Par ailleurs, le langage utilisé par le GEOAT a été revu et il est  expliqué de façon plus précise en quoi l’égalité des genres concerne tous et toutes et leur bénéficie.

Module e-learning

Un nouveau module d’apprentissage en ligne sur l’égalité des genres a été publié sur la plateforme CLiKC! de l’OMD. Disponible en anglais et en français, le module a été optimisé afin de pouvoir être consulté sur petit écran et sur les tablettes. Il s’adresse à tous les fonctionnaires des douanes et vise à les sensibiliser à l’égalité entre les sexes et à ses liens avec la réforme et la modernisation douanières.

L’outil mêle apprentissage théorique et exercices pratiques. Par exemple, les utilisateurs sont invités à se mettre à la place d’un responsable du recrutement qui est confronté à des problèmes de plaintes pour harcèlement sexuel sur le lieu de travail ou d’un administrateur qui doit améliorer la sécurité et la performance globale de son équipe à un poste-frontière.

Mis au point grâce au financement du gouvernement de Finlande, à travers le Programme de renforcement des capacités finlandais pour la région d’Afrique orientale et australe, le nouveau module permet à l’OMD d’offrir une formation mixte sur l’égalité de genre en douane. Le module vient en effet s’ajouter à un atelier présentiel de cinq jours destiné aux cadres supérieurs et portant sur la façon d’appliquer la dimension de la parité hommes-femmes en douane.

Autre outil en cours de préparation

Un recueil d’études de cas et de meilleures pratiques voué à servir de complément au GEOAT est en cours d’élaboration au sein du Groupe de travail virtuel, qui compte à l’heure actuelle 34 représentants de 34 pays.

Le Groupe se réunit tous les deux mois, via une plateforme en ligne, afin d’échanger expériences et pratiques en matière d’égalité hommes-femmes. Ont été discutés lors de précédentes réunions le lien entre égalité de genre et facilitation des échanges, la manière de gérer les résistances vis-à-vis de l’égalité hommes-femmes ou encore d’évaluer les politiques en faveur de l’égalité des sexes.

Plusieurs études de cas ont déjà été recueillies sur les moyens de promouvoir l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée (en Australie, en Finlande, en Israël et aux Maldives) et sur les initiatives de communication et de sensibilisation concernant l’égalité de genre en douane (en Indonésie).

Deuxième enquête sur l’égalité de genre et la diversité

Afin de disposer d’un meilleur aperçu des initiatives et des pratiques mises en œuvre par ses Membres, l’OMD a mené une deuxième enquête au début de l’année 2019. La première, entreprise en 2016, avait compté sur la participation de 60 administrations. Cette fois-ci, l’OMD a traduit le questionnaire en six langues et, à ce jour, elle a reçu 93 réponses. Cette deuxième enquête est également plus détaillée : elle inclut des questions qui ne portent pas uniquement sur la parité hommes-femmes mais aussi sur les initiatives visant à promouvoir l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, la prévention contre le harcèlement sexuel et la collaboration entre la douane et les associations professionnelles de femmes.

Les chiffres de la seconde enquête montrent que la douane reste un secteur dominé par les hommes. Les femmes constituent en moyenne 38 % du personnel, bien que ce nombre varie grandement d’un pays à l’autre, allant de 5,9 % à 73 %. La proportion de femmes est encore plus basse au niveau de la haute hiérarchie et de l’encadrement intermédiaire, avec une moyenne de 28 % pour les cadres supérieurs et 34 % pour les cadres moyens. Cela étant, 17 administrations ont indiqué qu’elles comptent plus de femmes que d’hommes au sein de leur personnel.

Concernant les initiatives visant à assurer un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, 74 % des administrations participantes ont indiqué qu’elles mettent en œuvre une ou plusieurs initiatives à cet égard, dont des horaires de travail plus flexibles ou encore des campagnes de sensibilisation sur les questions de bien-être. De plus, quelque 81 % des administrations ont signalé qu’elles ont lancé diverses mesures afin de prévenir le harcèlement sexuel, notamment l’élaboration de codes de conduite, et près de 19 % collaborent activement avec les associations professionnelles de femmes.

Si les réponses à l’enquête indiquent que des progrès ont bien été réalisés dans de nombreux pays et qu’il existe un intérêt croissant pour les questions relatives à l’égalité hommes-femmes et à la diversité, elles montrent également qu’une plus grande sensibilisation est nécessaire concernant les avantages que l’égalité des sexes peut engendrer.

L’OMD encourage les administrations des douanes à utiliser les nouveaux outils qui ont été élaborés afin de comprendre comment améliorer l’égalité des sexes et la diversité au sein de leurs services et comment garantir des relations saines avec leurs partenaires extérieurs. Elle les encourage aussi vivement à participer activement aux travaux du Groupe de travail virtuel.

 

En savoir +
capacity.building@wcoomd.org