Photo courtesy of Abu Dhabi Ports ©2020

Panorama

Maqta Gateway : numériser et transformer les échanges commerciaux

Par Abu Dhabi Ports

Abou Dabi est à la tête des efforts de transformation numérique déployés par la région, et a pour objectif de passer à un traitement en ligne de tous les échanges commerciaux dans l’émirat en 2021.

Bien qu’il traite 90 %[1] du commerce mondial, le secteur du transport maritime se caractérise par des procédures administratives longues et complexes. On expédie chaque année pour 9 000 milliards de dollars de marchandises, et le Forum économique mondial estime que 15 à 20 % du coût de ces expéditions sont des frais administratifs.

Ce qui fait sourciller, c’est que, jusqu’à l’annonce par l’Organisation maritime internationale (OMI) en 2016 de ses directives sur la numérisation à l’horizon 2025[2], les formalités papier restaient de rigueur entre les autorités maritimes et les autres parties prenantes impliquées dans le transport international.

Depuis lors, le secteur a travaillé dur pour rattraper son retard. De nombreux ports, petits et grands, ont entrepris d’harmoniser la procédure de soumission des renseignements électroniques et d’en normaliser les flux en investissant dans la création de systèmes numériques à point d’entrée unique qui fonctionnent les uns avec les autres et sont pleinement conformes à la Convention FAL de l’OMI. Ainsi, presque cinq ans plus tard et alors qu’ils avaient pris un énorme retard technologique, de nombreux acteurs de premier plan du secteur maritime sont désormais entrés de plain-pied dans une nouvelle ère d’innovation numérique. Cette tendance se remarque tout particulièrement dans la péninsule arabique, à Abou Dabi, capitale des Émirats arabes unis.

En 2014, le gouvernement a fait appel à Abu Dhabi Ports – maître d’œuvre, exploitant et gestionnaire des ports commerciaux et publics de l’émirat d’Abou Dabi – pour construire ce qui allait devenir le premier Système portuaire à guichet unique spécialement conçu à cet effet : Maqta PCS (M-PCS), nom inspiré du mot arabe pour passage. Maqta est également le nom du premier pont construit dans l’émirat, il y a plus de 50 ans, sur la voie navigable qui séparait Abu Dabi du continent. Le guichet unique portuaire Maqta PCS devait servir de point de passage entre toutes les entités intervenant dans les opérations portuaires. En 2016, peu après avoir lancé le système, Abu Dhabi Ports créait une filiale appelée Maqta Gateway, chargée de gérer les opérations quotidiennes du M-PCS. Depuis sa création, Maqta Gateway a administré avec succès plus de 30 millions de transactions en ligne, dont 10 % pendant la pandémie en cours.

Un guichet unique au service de chacun

Le lancement de la plateforme a véritablement transformé les activités portuaires et maritimes. La numérisation des documents de base et l’intégration dans un guichet unique des multiples systèmes utilisés par chaque participant à une transaction ont permis d’alléger considérablement les procédures habituelles, très bureaucratiques et lourdes, manuelles et génératrices d’erreurs qui gouvernaient le mouvement des navires et du fret aux ports, ainsi que le paiement des services portuaires.

Alors qu’autrefois les organisations devaient consentir des investissements importants et employer toute une équipe pour compiler avec exactitude les documents exigés, les échanger et en assurer le suivi, l’intégralité du processus est à présent numérisée sur une plateforme qui peut être consultée et gérée par un seul utilisateur. Les organisations jouissent ainsi d’une plus grande latitude dans la répartition de leurs ressources et peuvent se concentrer sur leur activité principale.

De plus, dans le cadre du processus de numérisation des services portuaires, Maqta Gateway a passé énormément de temps à réaménager ses procédures d’arrière-plan. Après avoir recensé les différents problèmes en étroite collaboration avec tous les acteurs, elle est parvenue à rationaliser la fourniture de chaque service, éliminant au passage une grande partie de la paperasserie qui ralentissait les processus.

En mai 2020, Maqta Gateway a reçu un nouveau mandat du gouvernement : transformer le M-PCS en un portail commercial, douanier et logistique pleinement intégré, rassemblant tous les opérateurs déployant leurs activités par voie maritime, terrestre et aérienne, et facilitant le flux de données électroniques entre autorités portuaires, douanes, négociants, terminaux et zones industrielles. Cette nouvelle phase sera achevée d’ici un an avec le lancement de la Advanced Trade and Logistics Platform (ATLP).

L’ATLP: une plateforme avancée pour le commerce et la logistique

Conçue comme une plateforme qui permettra d’unifier les paiements, les permis, les approbations et les demandes et d’aider les parties prenantes à mieux gérer les ressources, l’ATLP est mise au point sous la supervision du ministère du développement économique d’Abou Dabi. Elle servira de guichet unique pour toutes les opérations commerciales réalisées par voie maritime, terrestre ou aérienne, dans les zones industrielles et franches.

L’ATPL est fondée sur des formulaires électroniques, sur l’apprentissage automatique, sur une authentification unique, sur une série de services à valeur ajoutée qui incluent le financement et l’assurance des opérations commerciales, et sur les normes internationales d’échange de données informatisé (EDI) à travers des interfaces de programmes d’application[3] et l’automatisation des processus par la robotique[4]. En tant que telle, la plateforme est un véritable outil de prochaine génération pour la facilitation des échanges au niveau mondial.

Exemple d’application : un utilisateur final qui gère un grand site de production pourra utiliser la plateforme pour suivre et localiser en temps réel une cargaison de matières premières achetées dans un autre pays. Il pourra ainsi s’assurer que ses équipes sur le site de l’usine soient prêtes à travailler au moment précis de la livraison. La solution permet aussi à ce même utilisateur de disposer des outils dont il a besoin pour mieux planifier et optimiser sa chaîne logistique mondiale, lui offrant plus de transparence et lui permettant d’identifier les goulets d’étranglement.

Et ce n’est qu’un avant-goût des possibilités qu’offre la plateforme. Comme l’ATLP intègre, automatise et harmonise les interactions entre les acteurs impliqués dans une chaîne logistique, tant les prestataires que les consommateurs de services se retrouveront dans un écosystème unique qui couvre tous leurs besoins logistiques à travers une interface de guichet unique.

L’analyse du volume de données brutes recueillies en cours de route permettra de déceler les tendances et générer des prévisions de marché qui permettent aux utilisateurs de prendre des décisions stratégiques éclairées concernant leurs activités respectives. Lorsque la plateforme aura atteint un certain niveau de maturité, elle devrait rendre possible la génération de rapports de données qui pourront être partagés avec toute la communauté. La plateforme offrira à toutes les parties prenantes des tableaux de bord montrant les indicateurs clés de performance et les données recueillies. Les données seront également disponibles au niveau de l’API.

Premières étapes vers la facilitation des échanges mondiaux

En juin dernier, en pleine pandémie de COVID-19 et un an après la présentation officielle du projet, des ateliers et des sessions de planification et de collecte des besoins ont été organisés à distance avec plus de 40 interlocuteurs publics et privés. Il s’agissait de rationaliser le fonctionnement de la plateforme et préparer son lancement.

Les dirigeants d’Abou Dabi sont confiants que l’ATLP deviendra une référence dans la région. Aujourd’hui, le commerce mondial exige une connectivité numérique et des écosystèmes optimisés qui combinent des actifs matériels avec une gestion de l’information de calibre international. Grâce à la vision globale qu’offrent les plateformes de commerce et de logistique numériques à guichet unique, la chaîne logistique mondiale perd en opacité et, malgré sa profonde complexité, devient plus facile à gérer pour toutes ses parties prenantes.

La propagation de portails de données à entrée unique pour la transmission de messages entre les entreprises et les organismes gouvernementaux et d’entreprise à entreprise est cruciale pour augmenter l’efficacité, en fournissant des renseignements numériques en temps réel à tous les acteurs présents dans l’infrastructure du commerce mondial.

Au Moyen-Orient, la décision du gouvernement d’Abou Dabi de créer Maqta Gateway profitera à tous les intervenants locaux et internationaux impliqués dans la chaîne de valeur commerciale et logistique de l’émirat, contribuant ainsi à attirer des investissements étrangers directs vers le pays tout en appuyant la transformation d’Abou Dabi en un pôle économique mondial hautement compétitif.

Il y a beaucoup à faire pour préparer les nouveaux utilisateurs à exploiter toutes les capacités promises par la plateforme. Comme chaque organisation aura certainement son propre ensemble de systèmes, de procédés et de politiques à concilier, il sera nécessaire de travailler en étroite collaboration avec chaque nouvel arrivant sur la plateforme pour garantir l’adoption sans heurts de la solution et le guider sur le chemin de son adhésion à l’écosystème logistique de l’ATLP.

Dans les années à venir, il ne fait aucun doute que les technologies naissantes d’aujourd’hui, telles que la chaîne de blocs, l’apprentissage automatique et l’Internet des objets (IoT), feront franchir un pas de géant aux plateformes telles que l’ATLP. Et, bien que le rêve d’un commerce totalement dématérialisé ne soit pas encore devenu réalité, la transformation numérique en cours en rend la concrétisation inévitable.

En savoir +
http://www.maqta.ae
MGService.Desk@maqta.ae

[1] https://business.un.org/en/entities/13

[2] http://www.imo.org/en/KnowledgeCentre/IndexofIMOResolutions/Facilitation-(FAL)/Documents/FAL.12(40).pdf

[3] Une API est un outil qui spécifie les manières dont un logiciel peut interagir avec une application de telle manière à ce que les données de la dernière soient disponibles sur le premier. Les API interagissent avec l’application cible exclusivement en arrière-plan.

[4] L’automatisation des processus par la robotique (APR) est une technologie qui vise à reproduire les actions humaines en vue d’exécuter une tâche spécifique de manière automatisée, en suivant une série d’étapes afin de mener cette tâche à bout.